Alumni D2 2008, Déborah Penaud a suivi sa voie dans le développement RH. Elle raconte les spécificité d’un tel parcours et ce qu’elle en retire au quotidien.

QUI ES-TU ?

Que fais-tu aujourd’hui ? 

Je suis Responsable Développement RH. Mon objectif : déployer la stratégie RH pertinente qui répondra le mieux aux enjeux business. Concrètement : designer et mettre en place des process et des programmes pour que la vie professionnelle des personnes pour lesquelles je suis amenée à travailler soit la plus riche, la plus intéressante et la plus formatrice possible. Cela implique de raisonner toujours à long, moyen et court terme, et de passer de la stratégie à l’opérationnel. C’est un métier qui implique de la créativité, de l’organisation et de la persévérance !

Quel a été ton parcours pour arriver jusque là ? 

Dans l’ordre chronologique : D2 à Turgot, j’ai intégré le CELSA où j’ai fait tout le parcours RH, avec des stages chez Air France Cargo, Eau de Paris et mon M2 en Apprentissage chez EDF. Puis j’ai complété ma formation initiale par un Master Spécialisé à l’ESCP, toujours en RH, où j’ai fait mon stage final en Conseil RH. J’ai travaillé 3 ans dans le conseil RH, et je suis retournée en entreprise pour faire ce qui me plaît le plus : le développement RH, avec toute la richesse des projets qu’on y mène.

Pourquoi avoir choisi cette activité ?

Au départ, les Ressources Humaines étaient un pari. Je voulais enseigner quand je préparais l’ENS, et quand j’ai réfléchi aux alternatives, le domaine de la formation m’a paru être une suite logique. Le pari s’est avéré réussi car j’y ai trouvé tout ce qui me plaît : permettre à d’autres personnes de se développer, en ayant aussi des possibilités de développement personnel fortes, des métiers qui laissent la place à l’innovation et au développement, et l’opportunité de travailler avec des profils très différents – sur des problématique très diversifiées ! A l’époque quand je préparais le concours, le fait de rencontrer des anciennes du CELSA qui travaillaient en RH m’a aussi aidé à me projeter dans cette filière car elles m’ont beaucoup rassuré sur le fait que je n’allais jamais m’ennuyer (et je m’ennuie vite donc c’est parfait !).

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ce que tu fais aujourd’hui ? 

Savoir que mon job est utile au quotidien, car dans le développement RH on travaille toujours avec ce fil rouge qu’est l’intérêt de notre action pour le collectif. Avoir la possibilité de créer, d’impacter notre stratégie et de pouvoir déployer ensuite les projets qui vont permettre d’atteindre notre vision, je trouve que c’est incroyable de pouvoir le faire.

Lire aussi : « L’analyse économique doit être accessible à tous » – Portrait de Victor Lequillerier

De quoi es-tu la plus fière ? 

De pouvoir être dans un rôle/métier dans lequel je peux aider les autres à se construire professionnellement. Et aussi d’avoir eu la responsabilité d’une équipe avant mes 30 ans, je ne saurais pas exactement dire pourquoi c’était aussi important pour moi, mais je voulais absolument avoir une équipe à accompagner un jour, et de structurer une activité c’est une opportunité incroyable.

LA PRÉPA ENS D2

Pourquoi avais-tu choisi la prépa ENS D2 ?

Je n’avais jamais fait d’économie avant d’arriver en prépa donc c’était l’occasion de découvrir autre chose, heureusement que les BCPST m’ont fermé la porte.

Qu’est-ce que la prépa t’a apporté pour la suite de ton parcours ?

La prépa a confirmé ma capacité à tenir une organisation de fer, et à absorber beaucoup d’informations en très peu de temps. L’expérience m’a aussi permis de confirmer que quand on se donne les moyens on peut atteindre ses objectifs. En termes de réflexe, ça a aussi forgé l’idée de « si tu ne sais pas, tu creuses » – et c’est précieux pour plus tard dans une vie professionnelle.

Quel est ton conseil pour les étudiants actuels ? 

Ne jamais se dire qu’on dérange, il vaut mieux poser la question que de rester avec des interrogations dans son coin. Quand vous cherchez des informations, ne jamais hésiter à entrer en contact avec des professionnels, notamment pour savoir ce qui peut vous plaire dans un futur métier.

LE MOT DE LA FIN

Une anecdote sur la prépa, tes stages, tes jobs ?

J’ai toujours détesté la Compta Nat., j’étais au rattrapage en 2e année alors que j’avais réussi mon concours. J’ai repassé mon partiel dans la salle du fond au 1er étage… je m’en souviendrai toujours.

Vous souhaitez prendre contact avec Déborah Penaud ? Rendez-vous sur l’annuaire Turgot Alumni 2019-2020 !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s