I – Qui es-tu ?  

Dans quelle filière étais-tu au Lycée Turgot ? 

J’étais en D1 de la promotion 2018-2020. 

Selon toi, quel type d’élève es-tu (le bosseur, le chanceux, l’angoissé) ? 

Je suis davantage une bosseuse qu’une angoissée et, même s’il y a toujours un peu de chance dans l’ensemble des opportunités que l’on peut avoir, je considère que c’est toujours grâce à notre travail que l’on réussit dans nos études. Quand quelque chose me passionne, ce qui est le cas du droit pénal, je m’y mets à fond.

Quel est ton projet professionnel ?

Je souhaiterai devenir magistrate et, plus particulièrement, juge d’instruction car le droit pénal me passionne et je considère qu’avec l’ensemble des métiers réunis au sein de la magistrature, il n’y a pas de routine.


II – Ton master  

Quel master as-tu suivi (ou suis-tu actuellement) ?

J’ai suivi les enseignements du Master 1 Justice, procès et procédures à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne avec, en parallèle, un diplôme universitaire de sciences criminelles à Paris 1 Panthéon-Assas. 

Quelles matieres sont enseignées dans ce master ?

Pour ce qui est des matières obligatoires, au semestre 1, il y a en matières avec travaux dirigés : procédure pénale et droit judiciaire privé. Les matières obligatoires sans travaux dirigés, pour le semestre 1, sont droit international privé et droit des peines. Pour ce qui est des matières optionnelles, j’ai choisi histoire de la pensée juridique et régimes matrimoniaux. 

En ce qui concerne le semestre 2, les matières obligatoires avec travaux dirigés sont droit des sûretés et procédures civiles d’exécution. Les matières obligatoires sans travaux dirigés sont droit judiciaire européen et arbitrage. Quant aux matières optionnelles, il n’y avait qu’une matière à choisir (car il y a de l’anglais avec TD au semestre 2) et j’ai choisi droit pénal spécial. 

Quels sont les débouchés ?

Les débouchés sont nombreux après avoir fait ce master. La majorité des personnes ayant suivi ce Master se tourne vers le métier de magistrat en passant le concours de l’École nationale de la magistrature mais il y a également beaucoup de personnes qui souhaitent se tourner vers l’avocature. Ce master est propice aux deux voies car c’est un Master très procédurier qui permet de devenir très bon avocat et très bon magistrat. 

Il faut cependant garder à l’esprit que le concours de l’École nationale de la magistrature ne délivre, approximativement, qu’entre 150 à 200 places par an. En ce qui concerne l’examen du barreau, le CRFPA, il est tout de même plus accessible car le programme est moins dense que celui de l’ENM et qu’il n’y a pas de nombre de places prédéfinis. Néanmoins, c’est un examen qui demande beaucoup de préparation et il faut, par la suite, faire ses preuves dans le monde du travail car de plus en plus d’étudiants en droit veulent devenir avocat pénaliste.

Quelles sont les qualités requises

Pour pouvoir s’épanouir dans ce Master et le réussir, il faut pouvoir être un bon procédurier et avoir notamment aimé la procédure en troisième année de droit. Néanmoins, ce n’est pas une condition sine qua none. C’est seulement un plus. Selon moi, il faut également être curieux car les matières étant des matières de procédure avec beaucoup de cas de figure et de conditions, il faut essayer d’appréhender concrètement la matière dans son application.

Quelles sont les difficultés ?

Il faut avoir en tête que les matières accompagnées de travaux dirigés sont des matières assez compliquées et très techniques. Elles le sont toutes, aussi bien la procédure pénale, le droit judiciaire privé, les procédures civiles d’exécution que le droit des sûretés. Ce sont des matières dont les ramifications sont immenses et seule la matière de droit judiciaire privé est plus accessible car nous l’avions déjà étudié l’année précédente. Il faut donc rester concentré toute l’année sur son contrôle continu et ses travaux dirigés car le Master n’est vraiment pas facile.


III – Ta satisfaction 

Pourquoi avoir choisi ce matser ? Quelles étaient tes attentes

Après ma troisième année de droit, j’ai été prise en Master droit pénal à la Sorbonne mais aussi dans le Master Justice, procès et procédures à la Sorbonne. J’ai longuement hésité car je rêvais d’être prise dans le Master droit pénal qui est très sélectif. Après mûre réflexion sur la suite de mon parcours et voulant me préparer au mieux au concours de l’École nationale de la magistrature, j’ai préféré aller en Master 1 Justice, procès et procédures qui permettait d’approfondir les matières procédurales, ces matières étant très importantes pour le concours de la magistrature. Mes attentes étaient donc d’être formée, dès le Master 1, aux matières intéressant le concours.

Ce master a-t-il répondu à tes attentes ?

Dans l’ensemble, le Master a bien répondu à mes attentes. Les professeurs sont très pédagogues et les matières sont très intéressantes. J’ai tout de même été assez déçue par le cours de procédures civiles d’exécution qui a été une simple récitation du code et des articles de ces derniers sans réellement avoir un aspect pratique de la matière.

Quel est ton mot de la fin pour les étudiants ?

Même en étant passionnée par le droit pénal, je trouve que, parfois, les études de droit peuvent paraître longues et fastidieuses. Cela peut démotiver mais il ne faut absolument pas vous décourager. À partir du Master 1, vous pouvez effectuer des diplômes universitaires qui apportent un goût plus concret aux études de droit. Vous pourrez même trouver un poste dans le droit (assistante de justice, assistant auprès d’un avocat…) après votre Master 1 ce qui va vraiment vous booster donc ne lâchez rien !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s